Une idée est une réponse

Lorsque j’étais étudiant en école de design, l’enseignement portait essentiellement sur l’acte de création.

En cours, nous avions des thématiques d’entraînement, en lien avec la communication d’entreprise, les biens de consommation ou l’architecture intérieure et il fallait à chaque fois trouver une proposition ou une solution dite créative. Sous l’impulsion des enseignants, mes camarades adoptaient alors par mimétisme une posture de « recherche », par le fait de produire énormément de croquis. A force de faire des croquis, l’idée allait bien finir par jaillir … non ? Et puis sur le nombre de propositions, la sélection des meilleures idées pertinentes permettrait sûrement de trouver la solution consensuelle. les étudiants adoptaient aussi la psychologie du potentiel client, en quête de rassurance, soumis à plusieurs idées, celui-ci devrait sûrement en sélectionner 2 ou 3 et demander ensuite un « recadrage » idéal. Bref, il fallait produire énormément de dessins, comme si la main en mouvement générait les idées.

 

A cette époque, j’ai identifié ma singularité : les idées me viennent de manière fulgurante, avant de toucher le moindre crayon. Une seule idée me vient, pour chaque projet, et c’est la bonne. Je le sais profondément, sans quêter l’approbation extérieure. La notion de « recherche » par le croquis m’apparaît comme totalement inutile. Plus qu’une idée, toute la réflexion et l’analyse sont associées à la représentation imagée dans mon cerveau. Je n’ai plus qu’à retranscrire sur le papier cette image mentale, venue comme par magie, de l’autre coté du voile.

Parfois, l’idée qui faisait jour dans mon esprit était tellement élaborée et sophistiquée, que j’en vins à conscientiser que les idées ne venaient pas de mon « brillant » cerveau. Ce n’était pas possible. Je ressentais le « téléchargement » des idées dans mon esprit… et elles me venaient d’ailleurs.

 

Alors si une idée est une certaine forme de réception, il est bon de formuler la juste demande ( vers l’univers ? ). Pour moi, c’est une évidence, une idée est une réponse. Si la demande intérieure est précise et juste, la réponse en retour est pertinente.

 

Et non, une idée n’est pas réellement MON idée, fruit de mon admirable intelligence. Elle ne m’appartient pas, puisqu’elle m’est transmise. Je n’en suis pas à l’origine. D’ailleurs, plus j’accepte le fait d’être inspiré, plus les idées viennent avec fluidité. Avec le temps, j’ai « musclé » cette capacité à identifier une pensée flottante par rapport à une idée, par rapport à une intuition ou une émotion, elles n’ont pas la même signature intérieure.

 

En 2012, sous la dynamique d’un éveil spirituel, progressivement, cette dimension de reliance avec l’autre coté du voile s’est amplifiée.
Mes demandes vers l’univers ont changé de nature. Elles n’étaient plus seulement liées à un métier de designer en quête d’abondance pour ses clients, elles étaient nourries d’un besoin de quête de sens, avec la plus grande neutralité possible.

 

Nous avons tous, en chacun de nous, la capacité à recevoir intérieurement, sans effort. Pour réceptionner une belle idée, une belle intuition, une belle inspiration, un beau rêve, il m’apparaît nécessaire d’utiliser la plus belle des clés : VIBRER l’AMOUR.

 

Lorsque je pose une question intérieure, je réceptionne souvent une image conceptuelle. Par exemple, un jour, j’ai demandé à l’autre coté du voile de me montrer la dynamique de la Trinité…. et en première réponse, l’image d’une pièce de monnaie en mouvement m’est apparue en esprit… et dans un second temps, les informations explicatives arrivent :

La dynamique de l’univers est soumise à deux forces originelles en mouvement : YIN et YANG

YANG, c’est LA LUMIERE ( le champs informationnel ).  YIN, c’est L’AMOUR ( le support vibratoire ).

Imaginez une pièce de monnaie. Elle forme un disque plat à 2 faces opposées. Lorsque l’on exerce un mouvement de rotation rapide de la pièce de monnaie sur une table, elle tourne comme une toupie et crée l’illusion d’une sphère en 3D, elle change de dimension. La 2D devient 3D, sous l’impulsion de l’énergie de vie, le CHI.

Ainsi, YIN et YANG sont comme les deux faces d’une même pièce, attirées mutuellement l’une vers l’autre, et leur synergie crée la Transcendance, la trinité en puissance.

Les 3 éléments de la trinité : AIR le Yang, EAU le yin et FEU la transcendance.

 

Gratitude.

Jacky Le Faucheur

Photo confiée par Céline Boura / TEDx Lorient.

Auteur :

Je ne suis pas chaman, pas medium, pas alchimiste, pas designer, pas artiste, pas coach, pas clairvoyant, pas hypersensible, pas ultra-connecté, ni fort, ni fragile, je ne suis rien de tout cela, je suis toutes ces dimensions en même temps, comme vous : singulier et universel, entre grandeur et humilité

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.