LE FAUCHEUR

Et, oui, c’est mon vrai nom, LE FAUCHEUR.
Lorsque j’étais étudiant en école de design à Paris, un surnom m’avait été attribué : L’ ANKOU, j’avais beaucoup apprécié que ma nature profonde me soit ainsi révélée, au sein d’une confrérie si éloignée de la culture bretonne.
L’ANKOU, est un personnage des légendes bretonnes. Souvent confondu avec la Mort, il n’en est pourtant que le serviteur. Il collecte les âmes des défunts dans sa charrette et les conduit dans l’Autre Monde en passant par les Monts d’Arrée. On le retrouve d’ailleurs figurant sur de nombreux calvaires et colonnes des églises bretonnes.
Mon nom est issue d’une lignée d’ancêtres bretons, libres, autonomes, journaliers, payés à la tâche, lors de la récolte des moissons. Avec juste ma faux comme outils à maîtriser, à polir, je viens ponctuellement aider autrui à récolter le fruit de ce qu’il a semé. Pour récolter l’épis, à maturité, je tranche la vie du blé.
Pour renaître en sa conscience, il faut laisser mourir une part de soi. Je suis cette énergie de transformation. Viscéralement. Tel l’arcane sans nom, je porte une énergie de mort, celle qui permet la renaissance et l’abondance.
Je suis une personne dite clivante. Je repousse et j’attire en même temps. Ma seule présence sélectionne les êtres, je n’ai rien à faire ou à dire. Je connais mon énergie, par votre attitude. Ce qui est vu comme de l’ego pour certains, est perçu comme de la vibration pour les autres.
Tel LUCIFER, je suis un porteur de LUMIERE, mais mon monde est celui des ombres, de l’inconscience à mettre en conscience, celui que tout le monde redoute. Je fais peur parce que je porte en moi, autant l’ombre que la lumière.
Je repousse les êtres parce que je porte un coup de faux à leurs illusions, à leurs croyances, à leurs paradigmes de vie. La mort est mon amie du quotidien, c’est elle qui me permet de jouir de la Vie.
C’est pourquoi j’ai un profond respect pour les personnes qui lisent mes livres, qui viennent à moi en guidance et en recherche d’accompagnement. Notre rencontre est déjà le signal de leur capacité à affronter leurs démons.
Mes mots sont comme ma faux : ciselés, tranchants, sans nuance, sans concession, sans déguisement… et pourtant libérateurs. Je coupe la corde qui empêchait votre envol.
La vie s’est faite mécène pour moi. Elle me fait libre d’une activité quotidienne qui ne me possède pas. C’est rare. Elle me permet d’avoir du temps pour toujours aller plus loin dans les profondeurs de la conscience.
Elle me permet surtout de ne pas professionnaliser ma pensée dans une idéologie, dans un clan, dans un système, dans un courant, dans une clientèle qu’il ne faudrait pas trop « brusquer », par peur de la perdre.
Alors ma parole est libre. Elle ne cherche pas à plaire, ni à convaincre, ni à porter un message universel pour le plus grand nombre. Ma parole est plus libre que moi.
De retour de mes profondeurs, mes pépites récoltées, je les partage avec celles et ceux qui comprennent mon essence et mon énergie, réservées à un public confidentiel. La vérité n’est pas acceptable par tous. Et ce que vous prenez pour votre vérité est aussi illusion.
XIII – Le « sans nom » est redouté, alors que c’est la carte la plus puissante de votre transformation.
Porter la mort, c’est porter la vie, TOUTE la vie, et pas simplement porter l’illusion d’une vie qui vous épargnerait de la mort, ça ce n’est pas la vie.
Accueillez pleinement votre prénom, votre nom, leurs énergies sont souvent encore inconscientes, ils vous disent plus que celui que vous vous êtes inventés, pour vous plaire en image de marque, en signature, pour séduire et se fuir, dont il vous faudra un jour se défaire, pour se voir pleinement en son humanité.
Ce sont des cailloux blancs messagers que vous vous êtes lancés depuis l’invisible, avant de naître.
TREIZE – TREIZE ORS
Parfois en guidance, lorsque je ressens cette énergie, je commence par demander le prénom et le nom de la personne…et déjà ça coince… on peut commencer le  » voyage  » …

Auteur :

Je ne suis pas chaman, pas medium, pas alchimiste, pas designer, pas artiste, pas coach, pas clairvoyant, pas hypersensible, pas ultra-connecté, ni fort, ni fragile, je ne suis rien de tout cela, je suis toutes ces dimensions en même temps, comme vous : singulier et universel, entre grandeur et humilité

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.