Illusion du JE

Pour faire un enfant, pour faire la guerre ou pour faire l’amour, il faut être deux. Il faut un NOUS.
Il y a toujours eu un NOUS. Depuis la nuit des temps, Il ne peut en être autrement. Se croire seul ou participer à un ensemble, à un collectif, de toute manière la vie est un NOUS.
Pourquoi se créer de nouveaux déguisements du NOUS, univers idéologiques, chimères business, espaces mentaux, collectifs spirituels, visions politiques et autres illusions du VIVRE ENSEMBLE… dans cette attente illusoire d’un AUTRE NOUS, celui qui serait enfin conforme à la vision de soi ?
Toutes nos rencontres sont des NOUS. Toutes nos séparations, divergences et distances sont aussi des NOUS. Les absences sont de fortes présences ressenties.
Le NOUS est un plan de conscience, une évidence du vivant, une interdépendance naturelle reconnue intérieurement.
Quand la feuille s’est reconnue arbre, en lien avec toutes les autres feuilles, depuis des branches invisibles… se « théâtraliser » un NOUS devient absurde.
.
Il n’y a plus de solitude.
Il faut être deux pour s’aimer ET se haïr.
Il faut être deux pour jouer à la vie d’un NOUS qui se désire ET se déchire.
.
Le NOUS est déjà, mais les JE sont aveugles.
Il est parfait.

Auteur :

Je ne suis pas chaman, pas medium, pas alchimiste, pas designer, pas artiste, pas coach, pas clairvoyant, pas hypersensible, pas ultra-connecté, ni fort, ni fragile, je ne suis rien de tout cela, je suis toutes ces dimensions en même temps, comme vous : singulier et universel, entre grandeur et humilité

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.