De l’autre coté du Voile

Si un poisson appréhende son milieu aquatique, comment pourrait-il prendre conscience de la mer ? C’est impossible, pour la majorité des poissons. Excepté pour certaines espèces qui font l’expérience rare d’en sortir, comme par exemple les poissons volants ( les raies, ou les dauphins mammifères ). De manière fugace, portés par leurs ailes, ils sortent de l’eau pour un court vol dans les airs… et replongent dans leur élément vital. Ils savent l’eau, parce qu’ils expérimentent l’Air.

Comment prendre conscience de l’Amour ? Le seul moyen d’identifier ce qui nous porte est de s’en « extraire », intérieurement, de manière volatile dans les mondes plus subtils. C’est ce qui m’est arrivé en faisant l’expérience de passer de l’ AUTRE COTE DU VOILE. Dans cet autre plan de conscience, lorsque mon ESPRIT a réalisé pour la première fois l’expérience de l’ UNITE, alors le retour dans mon quotidien a pris une toute autre dimension de perception :

Dans nos quêtes sentimentales, nous recherchons l’Amour à l’extérieur de nous. Pourtant, L’Amour n’est pas un sentiment. L’Amour est un plan de conscience. L’Amour est ce qui nous constitue et nous traverse. Totalement. Chacune de nos cellules est Amour. Chaque souffle de pensée, d’énergie et d’expérience est Amour.

 

Dans nos cheminements existentiels, nous passons par tellement de souffrances, à nous torturer chaque jour, pour donner de la légitimité à notre vie, pour la mériter. Nous tentons sans relâche de nous définir, pour répondre à ces fameuses injonctions conditionnées par notre société : Quel est mon talent ? Quelle est ma mission de vie ? quel est mon contrat d’âme ? qui suis-je ?

Vous n’en finirez jamais. Il y aura toujours un nouveau personnage caché derrière un nouveau masque, nourri de nos nouvelles croyances, séduit par de nouvelles illusions. Ainsi, sans nous en rendre compte, nous nous éloignons de l’Amour, parce que nous tentons de nous définir indéfiniment par autre chose que notre essence.

 

J’en ai terminé de répondre à QUI SUIS-JE. Se définir, c’est se limiter. En revanche, j’apprécie énormément ressentir CE QUE JE SUIS.

Et l’expérience est à chaque fois extraordinaire de simplicité et de richesse intérieure. Il suffit de fermer les yeux. De faire silence un court instant, dans cette obscurité désirée, derrière les paupières. Et se dire intérieurement  » JE VEUX CONNAÎTRE CE QUE JE SUIS  »

Et comme dans l’attente fébrile d’un rideau de spectacle, qui va s’écarter pour laisser apparaître le miracle de l’instant présent : simplement … OUVRIR LES YEUX !

Voilà ce que je suis : tout ce que j’observe, tout ce qui m’entoure, les arbres majestueux, la douce brise, la pluie, les êtres, le ciel, les étoiles, le soleil, les nuages, les maisons, le chant des oiseaux, le chat sur la terrasse, mes enfants, mes amis, mon amoureuse, mon corps… C’est de l’ amour vivant.

C’est ce que je suis. JE SUIS LA VIE.

 

Gratitude.

Jacky Le Faucheur

Auteur :

Je ne suis pas chaman, pas medium, pas alchimiste, pas designer, pas artiste, pas coach, pas clairvoyant, pas hypersensible, pas ultra-connecté, ni fort, ni fragile, je ne suis rien de tout cela, je suis toutes ces dimensions en même temps, comme vous : singulier et universel, entre grandeur et humilité

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.